Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
avez-vous fait bon voyage

NOME

13 Juillet 2010 , Rédigé par Oscar Publié dans #électricité

La NOME  devrait être examiné cette semaine par l’assemblé national… La NOME ?

Oui la loi qui définit la Nouvelle Organisation du Marché de l’Électricité.

L’adoption de cette nouvelle loi sur l’électricité risque d’avoir des conséquences inattendues : l’augmentation des tarifs de la SNCF, et de la RATP.

La suppression du tarif préférentiel négocié avec EDF pourrait faire grimper la facture d’électricité de la SNCF de 25 % en 2011 a confiée à l’agence Reuters Pierre Pelouzet le directeur des achats au sein de la SNCF.

images-4-0591-copie-1.jpg

"Soit le surcoût est absorbé par l'entreprise, ce qui va accroître sa dette, soit par les régions, soit il sera reporté sur le billet ", a-t-il ajouté.La SNCF est le plus gros consommateur d’énergie électrique de France. Pendant les périodes de pointes, la SNCF devrait acheter son électricité au tarif du marché en effet, pendant les pics de consommation, toutes les centrales (gaz, charbon, fioul) tournent à plein régime… Les besoins de la SNCF au moment des pics de consommation représentent deux tiers de sa consommation.

Depuis 2007, la SNCF achète son électricité à un tarif spécifique, appelé tarif réglementé transitoire d'ajustement du marché (Tartam), situé entre les tarifs réglementés d'EDF les prix de marché plus élevés. Mais la loi Nome ne prévoit pas de reconduire ce tarif préférentiel au-delà de juin 2011, à la demande de la commission européenne, pour des questions de respect de la concurrence. 

 Avec l'obligation du respect de la concurrence au sein de l'Union européenne, ce tarif préférentiel devrait être supprimé dans la loi Nome, après juin 2011.

La RATP aussi en difficulté ?

La RATP sera face aux mêmes difficultés que la SNCF, a par ailleurs prévenu François-Michel Gonnot, député UMP de l'Oise. Les conséquences négatives de ce surcoût par la nouvelle législation se chiffreraient, selon lui, en dizaine de millions d'euros pour la RATP.

" Le surcoût va in fine soit se retourner sur les collectivités et les entreprises qui financent le syndicat des transports d'Île-de-France (STIF) soit, soyons clairs, sur les tickets de métro "…

©texte et photo Oscar

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article