Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
avez-vous fait bon voyage

La tête haute

18 Octobre 2010 , Rédigé par Oscar Publié dans #grève

Le conflit s’enlise dans les transports, quelques régions sont encore perturbées ou bloquées...

Le trafic reprend doucement à la SNCF, à la RATP la circulation est normale excepté la ligne B du  RER ou 3 trains sur 4 aux heures de pointe sont annoncés.

5-1764.jpg


Aujourd’hui, les routiers entrent dans le conflit, avec des opérations « escargots », des blocages ou des barrages filtrants sur les axes routiers.

Après les raffineries, les dépôts de carburants sont bloqués, la pénurie semble guetter les particuliers, les entreprises, les transports et le gouvernement sera obligé de plier face à la rue… C’est le scénario de la dernière chance pour les syndicats si la réforme est votée le risque d’éclatement de l’intersyndicale est réel.

Entre les organisations réformistes (UNSA, CFDT) qui souhaitent sortir la tête haute du conflit et l’aile gauche syndicale (FO, Sud, FSU) la CGT semble bien isolée…

La réforme une fois votée au Sénat plus questions pour la CFDT et l’UNSA de continuer un mouvement qui ne mènera nulle part et qui a terme peu se révéler impopulaire. Ils envisagent une autre forme de mouvement est la présentation d’une contre-réforme.

Le mouvement dans les transports publics est resté sans effet, le blocage du pays semble illusoire et le gouvernement ne cède toujours pas.


5-2146_2-copie-1.jpg


Après chaque conflit les grévistes, font les comptes depuis le début de l’année tous les mouvements dans les transports ont échoués la perte est sèche pour les agents de la SNCF de la RATP.

Ce matin l’un d’eux me confiait : « j’ai perdu trois jours la semaine dernière, demain je ne bouge pas et si je fais le compte depuis le début de l’année… ».

Les transports publics sont entrés dans la contestation sur la conviction qu’un second 1995 était possible. Le gouvernement va vite comprendre que nous ne céderons pas sur un acquis social aussi important, etc.

Et depuis le début du conflit les syndicats essayent d’amplifier la contestation et compte sur leurs troupes, mais la mobilisation se raréfie et la grogne s’amplifie dans les rangs des salariés mobilisés. Mais depuis 1995 la donne a changée des jeunes sont entrés dans les entreprises publiques, les aspirations et la culture syndicale n’est plus la même, la crise est là aussi…

Quelques régions resteront mobilisées, des mouvements ponctuels seront prolongés, les routiers rentreront dans les entreprises comme ils sont venus, car le transport de marchandises est en crise et les conséquences du mouvement pourraient se traduire par une vague de licenciements.


La pénurie, les blocages, pourraient finir le travail de la concurrence de l’Europe de l’Est et achever les dernières petites entreprises du transport routier.

source Lefigaro.fr

© texte et photos Oscar

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article