Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
avez-vous fait bon voyage

La Bleu

16 Décembre 2009 , Rédigé par Oscar

La mobylette « bleu Gitane » construite par Motobécane en 1959, fut produite à 13 millions d’exemplaires. Jusqu’aux années 90 cette mob’ a traversé les villes, la banlieue, la France et même les océans…
 

Le cyclomoteur (nom administratif) est devenu mobylette, puis dans la bouche de Renaud : « Ma mob » ; peu importait sa couleur, c’était «  une Bleu »… la BD s’en est emparée sous le crayon de Franck Margerin, « Lucien » et ses copains ont roulé sur ces machines… Le cinéma  « les petites fugues » raconte le périple d’un homme âgé qui découvre la vie au guidon de sa mobylette… Le temps béni où les routes étaient moins fréquentées, où le casque n’existait (pratiquement) pas.
 

La Bleu a connu une carrière longue, et roule encore dans certains pays africains… C’était   une bête de somme et le transport d’un passager (sur le porte bagage) mieux qu’un vélo ! Dotée d’un moteur 2 temps sobre et performant qui pouvait atteindre 70km/h (pas seulement en descente)  car,  nouveauté pour l’époque : elle possédait un compteur. Les chromes étincelaient sur le guidon, le réservoir, les amortisseurs en faisaient une belle machine.

IMG_0411-copie-1.jpg 
 

Ce moyen de transport permettait aux ouvriers de rejoindre le travail, à la campagne ou à la  ville.  La bleu transportait les gens modestes,  sur quelquefois 30 ou 40 km.
 

Dans un village, j’ai vu une de ces mobylettes qui transportait quotidiennement un solide gaillard dont le poids était évalué par ses voisins à plus  de 130 kg et chaque matin il parcourait 10 km pour rejoindre ses vaches… Et ce plusieurs fois par jour.
 

Les postiers étaient dotés d’une Bleu (modèle AV 88) de couleur  jaune avec  un porte bagages avant dans lequel ils posaient leur sacoche pleine de courrier.

Dans les années 80, Au cœur des conversations  autour du flipper, les ados  parlaient de rabotage de culasse, d’huile de ricin et d’allumage de guidon bracelets et de poignées tirage rapide… Démontées puis remontées chaque dimanche… Bricolées jusqu’au ridicule, certaines atteignaient 100 km/h (voir plus) . Avoir sa « mob » signifiait être libre, rejoindre le lycée, les rencarts avec les filles (la Bleu avait aussi un siège biplace)…  
 

Le bruit strident du moteur (proche de la perceuse) réveillait les banlieues, les campagnes…

Aujourd’hui le scooter a remplacé les mobs, mais la bleu reste (comme la 2cv) populaire et sympathique  rappelle que le transport est aussi une aventure.


une petite vidéo d'une Grena 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

moati 20/12/2009 19:53


super le comentaire sur la bleu