Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
avez-vous fait bon voyage

Fusil a 3 coups

6 Juin 2010 , Rédigé par Oscar Publié dans #SNCF

La SNCF se trouve actuellement face à des choix difficiles : la réforme sociale indispensable en vue de l’ouverture a la concurrence, la transformation de son statut « Epic », la dégradation de sa note par les agences de notation qui s’inquiètent du montant de la dette et de l’ouverture a la concurrence des activités les plus rentable de l’opérateur…


images-4-1205.jpg


La réforme sociale, semble être le plus gros morceau à avaler pour les cheminots, car elle va toucher aux « avantages acquis » : le temps de travail, la rémunération, les congés, la retraite… L’alignement du statut des cheminots sur le statut du personnel des opérateurs privés pour encourager une concurrence saine et équilibrée… L’inverse est peu probable.

 

Ce dossier est actuellement entre les mains des Régions, elles doivent ouvrir le marché des TER aux opérateurs privés. Au lendemain des élections, le dossier ne fait réagir personne, les présidents de Régions n’abordent pas le sujet et continue à travailler avec l’opérateur historique du transport ferroviaire. Les Régions trainent les pieds l’important semble de gagner du temps pour envisager sereinement les prochaines échéances électorales… La commission européenne risque de taper du poing sur la table d’ici peu.

 

Le bras de fer entre l’état et l’Europe au sujet du statut Epic de la SNCF est engagé, comme pour La Poste, l’Etat semble surpris et proteste vigoureusement contre l’obligation du changement de statut Entreprise Publique industrielle et commerciale en Société Anonyme. Encore une fois, le résultat est certain et l’État devra procéder à ce changement de statut. L’Europe aura le dernier mot…

 

Les agences de notation ont dégradé la note financière de la SNCF de AAA en AA+ pour toutes ces raisons, l’ouverture a la concurrence des lignes TGV, et des lignes TER  va saigner à blanc les comptes de l’entreprise publique qui fait face à un déficit structurel abyssal. La SNCF ne sera pas en mesure de lutter avec les nouveaux acteurs du transport et la guerre de tarifs risque de tourner à l’avantage des entreprises privées. Les financiers connaissent déjà le résultat des transformations envisagées, le changement de statut fera perdre la garantie financière de l’État français à la SNCF.

La SNCF estime cette notation encore très bonne et David Azéma (directeur général délégué, chargé des finances et de la stratégie de la SNCF) déclare :

"Concrètement, la charge financière supplémentaire sera tout à fait faible pour la SNCF".

Concrètement quelques millions d’euros supplémentaires… après tout Guillaume Pépy est face à un fusil à trois coups, l’État, les syndicats, la commission européenne…

© Oscar

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article