Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
avez-vous fait bon voyage

Enterrement de première classe…

3 Novembre 2010 , Rédigé par Oscar Publié dans #TER

Le mouvement social s’apaise, alors que les syndicats digèrent lentement la dernière couleuvre que le pouvoir vient de leur faire avaler, je me propose d’en remettre une couche en posant la question qui va fâcher tout le monde : où en sont les négociations concernant l’ouverture à la concurrence des lignes TER ?

Personne n’aborde la question, les syndicats ne s’expriment pas sur le sujet, le ministre de transports Dominique Bussereau reste muet (il est sur le départ), Guillaume Pépy essaye de reprendre le contrôle de la SNCF, et d’évaluer le montant des pertes dû au dernier conflit.

 

5-1776.jpg


Du côté de Régions, aucune annonce, pas de communication, alors que la réforme voulue par la commission européenne les concerne en priorité.

Toutes les parties concernées par cette ouverture à la concurrence, ne souhaitent qu’une chose, enterrer le plus profond possible le rapport de Francis Grignon et oublier un moment, l’épineux problème…

Régulièrement le « malheureux » député répondu dans les journaux régionaux en détaillant les grandes lignes de son rapport, a mesure ses propos sont de plus en plus édulcorés…

 Dans les premiers temps, le rapport devait aider à réformer la SNCF, à modifier en profondeur le statut des cheminots, à renégocier le temps de travail les RTT, à rendre compétitive la « vieille dame », et ainsi faire face à la compétition toujours plus féroce des opérateurs de transport européen…

 

5-1234.jpg


Dans les Dernières Nouvelles d’Alsace (DNA) du 20/10/2010, le discours est très différent :

 DNA : Où en est votre rapport sur la libéralisation du transport régional de voyageurs ?

 F.G. « Le gouvernement m'a demandé d'attendre que la réforme des retraites soit terminée pour le mener à bien »…

« Le nouvel entrant sur le marché devra accepter de prendre avec lui le personnel volontaire de la SNCF qui viendra travailler chez lui en gardant son statut. »

Il me vient une question ? Si le personnel est détaché de la SNCF et conserve le statut, avec du matériel équivalent, et des contraintes comparables, ou est la concurrence ?

Où va se situer la différence, le bénéfice pour les usagers, et les contribuables ? Qui va vouloir concurrencer la SNCF sans disposer d’une marge de manœuvre ?

Le gouvernement va jouer l’apaisement, et il est plus simple pour Francis Grignon de continuer d’affirmer que la concertation se poursuit, que rien n’est vraiment défini, pour ne fâcher personne… 


lire aussi  Ce n’est pas le moment… 

              Sale boulot

 © texte et photos Oscar

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article