Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
avez-vous fait bon voyage

Eau de boudin

6 Janvier 2010 , Rédigé par Oscar

Aujourd’hui nous quittons les RER et les transports en commun des villes,  pour  le grand air et  les vastes prairies de nos provinces ensoleillées.

      799px-Bobigny - Canal de l Ourcq au parc de la Bergere 01

Le Grenelle de l’environnement 1 suivi peu après du Grenelle 2 (le retour ?) ont remis au jour des projets de « transport fluvial » et donnent même des objectifs : 25% du transport de marchandises transitera par les voies fluviales à l’horizon 2020.

 

Le transport fluvial motive, au point même de reparler sérieusement de projet comme le grand canal Rhin-Rhône, enterré (très profond) en 1997  par Lionel Jospin alors premier ministre et Dominique Voynet ministre de l’écologie (surnommée l’éolienne car elle brassait beaucoup de vent)…
 

C’est toujours la même volonté (louable) de retirer des camions de nos routes pour transférer les marchandises vers le fret ferroviaire, ou le transport fluvial
 

Après tout, nous avons des rivières, des fleuves, mettons des bateaux à l’eau, de la marchandise sur les bateaux et… Roule ! (ou plutôt flotte). Le raisonnement est bon, quoiqu’un peu simpliste mais d’un point vue d’écolo cela se tient…
 

En France le transport fluvial perd du terrain, la batellerie se meurt, pourtant quelques initiatives sont à souligner : la société Monoprix approvisionne ses magasins (à Paris) par voie fluviale et  considère ce moyen de transport comme écologique et économique.Des sociétés de travaux publics (cimenteries Lafarge) utilisent le « Fluvial » quotidiennement …
 

Pour que ce mode de transport  reprenne des parts de marché au transport par route, il faut recrer une filière, trouver des embarcations, former des professionnels, remettre en état : les fleuves, rivières et canaux, laissés à l’abandon pendant plusieurs décennies et construire des infrastructures (canaux, quais) mais surtout investir des milliards d’euros.
 

Deux organismes VNF (Voies Navigables de France) et EPF (Entreprendre Pour le Fluvial) se proposent de relever les défis et soutiennent aujourd’hui le projet de canal  SNE (Seine Nord Europe) qui relie l’Oise à l’Escaut.
 

  Ce canal permettrait l’accès aux réseaux du nord de l’Europe (Belgique, Hollande, Allemagne). Un canal long de 106 km pour un coût de 4,5 Milliards d’euros, avec des écluses, des ponts, d’une profondeur de 4,5 mètres et d’une largeur de 54 mètres. Des réserves d’eau sont aussi prévues pour maintenir un niveau d’eau du canal permettant la navigation en toutes saisons.
800px-Frachtschiff Linz 2007
 

Ce projet propose aussi d’ouvrir le canal au tourisme et à la plaisance. Les berges seront bien sur équipées de panneaux solaires et d’éoliennes pour compléter l’alimentation électrique, et (peut-être) de pistes cyclables.
 

J’avoue que la vision de cyclistes  pédalant, entre des éoliennes et des panneaux solaires, dans une belle région de France qui n’est pas vraiment réputée pour son climat ensoleillé, me fait sourire.
 

En Europe le transport fluvial perd encore du terrain face à la route… malgré le soutien des gouvernements et des instances Européennes…

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article