Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
avez-vous fait bon voyage

Coup de gueule

25 Octobre 2011 , Rédigé par Oscar Publié dans #RER

RER-A-copie-1.jpg

Les temps sont durs chaque matin en prenant le RER je m’aperçois que le trajet sera plus long, plus pénible, que la veille…

Le stress monte en descendant les escaliers qui conduisent au quai le flot des voyageurs qui se bousculent, l’odeur dans les couloirs, le bruit des rames …

Sur le quai, les usagers rangés en trois lignes se précipitent pour monter la cohue qui s’en suis me laisse songeur sommes nous si pressé de marchander l’espace réduit des rames avec les autres voyageurs ? De frotter les vitres sales ? De s’asseoir sur des sièges défoncés ?

À l’intérieur le pire nous attend la crasse, la saleté les odeurs de sueur mêlée a celle d’urine les « graff » … soudain la rame s’arrête la lumière s’éteint une voie nasillarde traverse les hauts parleurs « suite a un incident technique nous sommes immobilisés pour quelques minutes merci » la lumière se rallume faiblement toujours a l’arrêt les regards s’interrogent, d’autres consultent leurs montres les écouteurs qui les oreilles guettant le prochain message la rame redémarre après plusieurs minutes la station apparaît le quai est bondé la descente est pénible l’échange des voyageurs crée une bousculade un cycliste s’invite il est repoussé par les voyageurs… Quelle idée prendre le RER avec un vélo ? Le problème est quotidien entre Chatelet les halles et Luxembourg, car ainsi le brave Bobo évite la montée du boulevard St Michel. Malin non ?

Le voyage se poursuit un deuxième incident se produit les portes ne ferment plus, le train ne démarre pas la voix du conducteur invite a laisser les portes se fermer, la voix se fait plus pressante…  nous repartons…

Voilà le quotidien des usagers des RER peut importe la lettre qui suis A, B, C, ou D chaque jour les incidents, les retards, les feuilles sur les voies, la neige, les mouvements sociaux pourrissent les quotidiens de millions de voyageurs sans émouvoir plus que ça les politiques en charge des transports

Messieurs les rond de cuir, qui disposent souvent d’un chauffeur, ne se préoccupent pas des conditions de transports des hommes et femmes qui travaillent, ou qui en recherchent, tournée qu’ils sont vers les prochaines élections… Ils se payent notre tête chaque jour, et choisissent en fonction de leurs envies se gardant les centres-villes pour eux…

Un cadencement, un « ripolinage » de rames, ou quelques promesses ne suffisent plus …

Demain, je prends ma voiture

 

Texte et photo Oscar

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article