Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
avez-vous fait bon voyage

Au porte-monnaie

9 Mai 2010 , Rédigé par Oscar Publié dans #grève

La direction de la SNCF a décidé de ne pas étaler les retenues de salaires consécutives à la grève du mois d’avril dernier.

Les grévistes se verront donc (pour des raisons comptables propres à l’entreprise) retirer du salaire d’avril une partie des jours non travaillés, puis sur la feuille de paye du mois de mai le reste dû a la suite du conflit.

 

images-4-1248.jpg


Le conflit a duré quinze jours du 6 au 21 avril, dans un premier temps la CGT avait demandé a la direction un étalement des retenues les jours. Face au refus, de la direction Alain Cambi (SUD Rail) déclare : « Il y a une volonté délibérée de faire mal et de sanctionner les cheminots grévistes »


Il est possible que Guillaume Pépy ai reçu des consignes de « très haut » pour jouer la fermeté jusqu’au bout, de fait les personnels grévistes de la SNCF vont perdre une grosse partie de salaire ce qui va raviver la grogne parmi les salariés qui suivaient le mouvement sans trop savoir clairement la raison du conflit, et surtout quelles revendications ont été satisfaites…

L’idée est tenace, les agents grévistes des grandes entreprises publiques (comme les entreprises privées) se voient retenir du salaire les jours non travaillés, ou jours de grève ce n’est que justice. Il y a quelles années les conflits se prolongeais, car les militants réclamaient le payement des jours de confit (ou une compensation financière) a la direction de l’entreprise qui finissait par céder… il semblerai que ce temps soit révolu tant mieux !

Les usagers payent les titres de transport en début de mois, certains ne pouvaient se rendre dans l’entreprise qui les emplois, ou rentrer a leur domicile, beaucoup se sont vus amputer d’une partie de salaire dû a des jours d’absences…


Des voyages reportés, des vacances gâchées, des emplois perdus un conflit pour rien…

Les temps changent, la négociation va prendre la place de l’action si les syndicats acceptent d’accompagner la mutation des entreprises quand elle est nécessaire…

 

Source : le Monde.fr

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article